Devenir auto-entrepreneur : 5 réflexes à adopter

Il est aujourd’hui facile de se mettre à son compte et de démarrer son activité grâce au statut d’auto-entrepreneur (aussi appelé micro-entrepreneur). Devenir auto-entrepreneur est un excellent moyen pour tester ses capacités autour d’un projet que l’on a soi-même défini. Néanmoins, l’auto-entrepreneur doit acquérir les bons réflexes pour développer et faire progresser son activité. En collaboration avec notre partenaire www.evoportail.fr, qui accompagne les auto-entrepreneurs pour leurs formalités et la gestion en ligne de leur activité, voici 5 conseils pour pérenniser son auto-entreprise.

#1 Protéger : L’auto-entrepreneur et sa clientèle

La Responsabilité Civile Personnelle ne protège en aucun cas l’auto-entrepreneur s’il blesse quelqu’un ou endommage quelque chose dans le cadre de son activité professionnelle. L’auto-entrepreneur est en effet un professionnel comme les autres et doit être couvert par une Assurance Responsabilité Civile Professionnelle.

La première étape est de souscrire une assurance adaptée à son activité. Cela est particulièrement important pour les professionnels dont l’activité requiert des mesures spécifiques.

Infos :

  • Le coût d’une Assurance Responsabilité Civile Professionnelle (aussi appelée Assurance RC Pro) s’élève à une centaine d’euros chaque année.
  • Elle se souscrit auprès d’un Assureur (compagnie d’assurance classique).

#2 Rester informé : Avant de se lancer et tout au long de son activité

Avant la création de la micro-entreprise, il est important de mener une étude approfondie sur son secteur et les offres existantes. Cette phase d’analyse du marché ne doit pas s’arrêter après le démarrage de l’activité.

L’auto-entrepreneur doit mettre en place une veille pour garder un œil sur la concurrence et les évolutions du secteur. Et l’un des avantages de l’auto-entrepreneur est sa flexibilité pour pouvoir adapter coûts et services si besoin.

Infos :

  • Il est possible de mettre en place des alertes sur son secteur en les paramétrant gratuitement sur l’outil Google Alertes.

#3 Se faire connaître : Auprès de la clientèle

Quelle que soit son activité, l’auto-entrepreneur doit développer lui-même sa clientèle. Professionnaliser le premier contact est indispensable pour obtenir la confiance des potentiels clients : cartes de visites, flyers ou site internet doivent présenter clairement l’identité, les coordonnées et l’activité.

Infos :

  • Il faut aussi penser à être référencé sur des annuaires locaux et des plateformes afin de disposer d’une vitrine pour acquérir de nouveaux clients.
  • Si votre activité est réalisable à distance et peut intéresser d’autres entrepreneurs, venez déposer une annonce sur www.shufu.fr pour la promouvoir. Vous y trouverez également des services proposés par d’autres entrepreneurs pour vous aider à professionnaliser votre offre.

#4 Anticiper les frais : Liés au régime micro-social

L’auto-entrepreneur ne paie aucune cotisation tant qu’il n’a pas déclaré de chiffre d’affaires. Cependant, il doit tout de même les anticiper. En bon gestionnaire, il peut donc réaliser un prévisionnel de son chiffre d’affaires et des frais liés à son activité.

Parmi ces frais, on retrouve :

  • Les coûts variables en fonction du chiffre d’affaires : Charges sociales, impôt sur le revenu, cotisation à la formation professionnelle.
  • Les coûts fixes : La CFE (Cotisation Foncière des Entreprises applicable dès la 2ème année), la taxe de frais de chambre (qui ne concerne pas les professions libérales), l’Assurance Responsabilité Civile Professionnelle et les frais liés au compte bancaire professionnel obligatoire.

Infos :

  • La déclaration du chiffre d’affaires étant dématérialisée, l’auto-entrepreneur doit avoir le réflexe de programmer des rappels pour le faire en ligne et éviter une pénalité de retard de 46€.
  • Evo’Portail met à disposition des outils et calendriers de rappel des déclarations.

devenir auto-entrepreneur

#5 Connaître les règles : La facturation sous le régime micro-social

En devenant son propre patron, l’auto-entrepreneur s’initie à la gestion de la comptabilité. Toutefois, les règles sont allégées car sous le régime micro-social, le travailleur indépendant n’a pas à gérer la TVA. L’auto-entrepreneur réalise donc des factures numérotées qui doivent faire figurer toutes les mentions légales obligatoires.

Infos :

  • Pour déduire les achats réalisés à destination de sa clientèle, l’auto-entrepreneur peut utiliser le système de débours plutôt que d’effectuer une facture de remboursement. Ainsi, les frais avancés ne sont pas comptabilisés dans le chiffre d’affaires.
  • Des conseillers d’Evo’Portail peuvent aider les auto-entrepreneurs sur ce sujet.